X




Envoyer par Email
X

NEWS
 
FEA et l'OIF coopèrent pour la création d'un répertoire pour l'égalité du genre
sa. 06 oct 2018
Fondation Espace Afrique et l'Organisation Internationale de la Francophonie ont produit un répertoire des structures travaillant sur la question de l'égalité Femme-Homme en Afrique de l’Ouest.

C'est à la suite d'une visite au CIEVRA du secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Madame Michaëlle JEAN, que FEA et l'OIF ont débuté les travaux pour recenser les organisations oeuvrant sur les questions du genre en Afrique de l'Ouest.

Ce document d'une centaine de pages liste par pays les organisations de la société civile, les structures étatiques ainsi que les partenaires techniques et financiers concernés par la question du genre en Afrique de l'Ouest.

Dans son avant-propos, Samuel Dossou-Aworet, Président Fondateur de Fondation Espace Afrique, incite à donner aux femmes plus de postes à responsabilité dans le publique et dans le privé.
 

©La couverture du répertoire


AVANT-PROPOS DU PRESIDENT DE FEA


« Les pays ayant plus d’égalité des sexes ont une meilleure croissance économique. Les entreprises avec des femmes leaders se comportent mieux. Les accords de paix incluant les femmes sont plus durables. Les parlements avec plus de femmes adoptent davantage de législations sur des questions sociales… La preuve est claire, l’égalité pour les femmes signifie le progrès pour tous. » Ainsi s’exprimait il y a quelques années Son Excellence Ban Ki-Moon, alors Secrétaire général des Nations Unies, qui, par ces mots, a révélé tout l’enjeu de la promotion de la gent féminine dans le monde d’aujourd’hui.

L’égalité entre la femme et l’homme n’a plus rien de tabou dans le monde contemporain. Ce n’est pas pour autant qu’elle est déjà une réalité quotidienne, bien au contraire. En Europe, en Amérique, en Asie, en Océanie et bien sûr, en Afrique, des inégalités des plus indicibles demeurent. Elles persistent sur le terrain politique, elles restent prégnantes sur le terrain social, elles se maintiennent dans le secteur économique et sont tout aussi fortes du point de vue culturel. La conséquence et les manifestations sont connues de tous : une forte absence des femmes dans les hautes sphères de la société, là même où se prennent les décisions concernant leur avenir, et donc celui de toute la nation ; déscolarisation, pauvreté, brimades diverses...

Dans l’espace francophone, pas plus qu’ailleurs, aucun des indices de mesure de l’évolution des inégalités entre les deux sexes ne satisfait par ses chiffres. Si ces dernières années (2017-2018) ont donné lieu à une certaine libération de la parole de la femme autrefois victime silencieuse des abus et des atteintes infligées à son corps et à sa dignité, elles n’ont pas suffi à oblitérer la perception qu’ont encore de trop nombreux hommes et même une majorité de femmes, dans la société. Même dans des pays comme le Rwanda où la représentativité des femmes dans la vie publique force l’admiration et est citée comme exemple pour des sociétés occidentales prétendument plus évoluées, des efforts restent à faire pour garantir l’égalité entre la femme et l’homme dans la vie de tous les jours.

Pourtant, de nombreux organismes, ONG, structures étatiques, partenaires techniques et financiers personnes physiques s’investissent au quotidien dans ce combat de la promotion de la gent féminine, à l’effet de lui permettre de prétendre à cette égalité tant recherchée. La Fondation Espace Afrique (FEA) est de ceux-là. Engagée spécifiquement dans la promotion des valeurs africaines, reconnue d’utilité publique par les autorités helvétiques et béninoises entre autres et présente dans une quinzaine de pays d’Afrique, la FEA a toujours, à travers chacun des programmes qu’elle a initiés et pilotés, donné une place de choix à la femme pour sa promotion et son épanouissement.

« L’Afrique a la chance d’avoir des pays où la représentativité des femmes dans la vie publique force l’admiration, toutefois, des efforts restent à faire pour garantir l’égalité entre la femme et l’homme dans la vie de tous les jours. »

C’est pour cette raison que la Fondation est fière de contribuer à l’élaboration de ce répertoire des structures travaillant sur l’égalité Femmes-Hommes en Afrique de l’Ouest, dont l’objectif premier est un acte de reconnaissance envers celles-ci au regard du travail qu’elles accomplissent. Mais au-delà, la Fondation souhaite voir dans ce répertoire, un guide à l’usage de chaque femme et de chaque homme qui, témoin d’un quelconque abus ou risque d’abus envers les femmes, saura à travers toute l’Afrique de l’Ouest, à qui s’adresser pour obtenir les solutions les plus appropriées au problème enregistré. Ce répertoire a donc vocation à contribuer à une promotion plus efficace, voire plus efficiente de l’égalité Femmes-Hommes.

Je voudrais remercier Son Excellence Mme Michaelle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie et par extension toute la grande famille francophone de donner à la Fondation Espace Afrique l’opportunité de prendre part une fois encore à ce noble dessein. Il me plait aussi de féliciter les structures citées dans ce document et de les convier à redoubler d’ardeur pour l’accomplissement de la mission qu’elles ont librement décidé de s’octroyer pour le bien de toute l’humanité.


Samuel Dossou-Aworet
Président FEA




     
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que Google Analytics analyse votre position à des fins statistiques. Aucune information ne sera transmise à un tiers.
     
    Accepter